LE FORUM DES AMIS Index du Forum
LE FORUM DES AMIS Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le nouveau Maire de Saint-Cyprien écroué

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FORUM DES AMIS Index du Forum -> INFORMATIONS GENERALES -> ACTUALITES -> En France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cynthia
Administratrice
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2007
Messages: 2 495
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 14:25 (2009)    Sujet du message: Le nouveau Maire de Saint-Cyprien écroué Répondre en citant

Malversations11/06/2009 | 12:13 par FD





Le nouveau maire de Saint-Cyprien écroué





Pierre Fontvieille lors du dernier conseil municipal.
© France 3

Pierre Fontvieille (UMP) inculpé de blanchiment et de fonds et de biens publics, a été placé en détention
Pierre Fontvieille, élu quelques jours après le suicide en prison de Jacques Bouille (UMP)a été mis en examen pour blanchiment aggravé et quatre autres chefs d'inculpation. Il était l'adjoint aux finances de son prédécesseur. Il a été placé sous mandat de dépôt, mercredi soir, et écroué à la maison d'arrêt de Perpignan.

Le nouveau maire est impliqué dans l'affaire de malversations qui touche aussi bien la politique d'urbanisme de la ville que ses achats d'oeuvres d'art.L'enquête porte notamment sur l'achat par la commune, en 2006 et 2007, de statuettes, tableaux de maîtres et oeuvres d'art, dont certains auraient disparu et dont la valeur totale s'élèverait à cinq millions d'euros.

Pierre Fontvieille, adjoint aux finances de la ville du temps de Jacques Bouille est aussi directeur de la Caisse d'Epargne de Canet. Il est inculpé de blanchiment aggravé, détournement et soustraction de fonds et de biens publics, prise illégale d'interêts et trafic d'influence.

3 autres personnes étaient également interrogées. Toutes ont été mises en examen et plaçées sous contrôle judiciaire. Parmi elles, un policier candidat à Perpignan sur la liste de Jacqueline Amiel Donat.Il est accusé de complicité de corruption. René Montaval, actuel adjoint au maire a été placé a été mis en examen pour recel et complicité de recel.

Enfin la responsable d'une agence immobilière, Barbara Progin est mise en examen pour complicité de corruption et trafic d'influence. 


Le colistier de Jacqueline Amiel-Donat.

Onze personnes, dont plusieurs élus du conseil municipal de Saint-Cyprien, ont déjà été mises en examen depuis la fin 2008 dans cette affaire de malversations touchant aussi bien la politique d'urbanisme de la ville que ses achats d'objets d'art.

Le maire Jacques Bouille, incarcéré depuis décembre 2008 pour "blanchiment, corruption par personne exerçant un mandat électoral, prise illégale d'intérêts, détournement de biens publics...", s'était pendu le 24 mai dernier dans sa cellule.

Parmi les dix autres personnes poursuivies, dont deux ont été placées en détention, figurent notamment son épouse, Marie-Antoinette Bouille, un adjoint au maire, son directeur de cabinet, le directeur général des services de la mairie et directeur de l'office de tourisme.

Les enquêteurs s'intéressent particulièrement à l'achat par la commune, en 2006 et 2007, de statuettes, tableaux de maîtres et oeuvres d'art dont certains auraient disparu et dont la valeur totale s'élèverait à cinq millions d'euros.

Un promoteur immobilier a aussi été mis en examen pour "corruption passive", soupçonné d'avoir payé pour faire avancer ses projets de construction.

M. Fontvieille a été interpellé alors qu'un conseil municipal devait se tenir à 09h00 du matin. Celui-ci a été reporté à une date ultérieure non précisée.

Le conseil municipal du 2 juin, qui a procédé à l'élection du nouveau maire, s'était tenu dans une ambiance houleuse, tandis que 300 personnes manifestaient en faveur d'une démission collective des conseillers municipaux et criaient "en prison, en prison", à l'adresse du nouveau maire.

M. Fontvieille (UMP), seul candidat, avait été élu par 20 voix sur les 22 exprimées (1 bulletin nul et 1 blanc). Les 5 représentants de l'opposition s'étaient abstenus.


Réactions après le suicide de Jacques Bouille, le 24 mai 2009 :

Jacques Bouille, le maire de Saint-Cyprien, s'est pendu dans sa cellule de la prison de Perpignan où il était incarcéré depuis le 17 décembre dernier. Ce sexagénaire s'est suicidé à 3 heures 40 du matin, avec la ceinture de son peignoir. Mis en examen pour "blanchiment, corruption par personne exerçant un mandat électoral, trafic d'influence, prise illégale d'intérêts, détournement de biens publics, entrave à la manifestation de la vérité, subornation de témoins, faux et usage de faux", ce médécin de 63 ans et maire depuis 1989, était soupçonné d'avoir exigé des dessous de table à des fournisseurs de la mairie en échange de marchés publics. L'argent, environ 240 000 euros, aurait servi a acheter des tableaux de maîtres.




D'autres tableaux et des sculptures avaient été financés sur fonds municipaux. Un investissement de plusieurs millions d'euros pour une ville déjà lourdement endettée. Une partie des ces oeuvres avaient disparu, d'autres auraient été retrouvées au domicile du maire UMP.

Ecroué depuis la mi décembre à la maison d'arrêt de Perpignan, Jacques Bouille avait reçu mi mai un courrier de la préfecture des Pyrénées Orientales lui demandant de s'expliquer sur les faits qui lui étaient reprochés, en vue d'une suspension ou d'une révocation de mandat.

Le notable de la cité balnéaire a laissé une lettre à l'intention de son épouse et de ses enfants dans laquelle il indique sa volonté de mettre fin à ses jours. Selon le procureur de la République, Jacques Bouille était dépressif depuis son incarcération, il était suivi par un psychiatre et des rondes "un peu rapprochées" avaient été mises en place pour le surveiller. Pendant ces six mois de détention provisoire, Jacques Bouille avait demandé à plusieurs reprise à être libéré.



L'élu, qui avait été exclu de l'UMP début 2009, s'est pendu avec la ceinture de son peignoir dans sa cellule, où son corps sans vie a été retrouvé entre deux rondes de surveillants, a dit le procureur de la République de Perpignan, Jean-Pierre Dréno.

Dix autres personnes, dont des responsables de la mairie, sont poursuivies dans le cadre d'une enquête sur l'achat par la commune, en 2006 et 2007, de statuettes, tableaux de maîtres et oeuvres d'art, dont certains auraient disparu et dont la valeur totale s'élèverait à cinq millions d'euros. Selon le procureur, le directeur de la prison de Perpignan avait rencontré l'élu vendredi et ne l'avait pas trouvé "dans un état particulièrement
déprimé, abattu". M. Bouille était suivi par un psychiatre et des rondes "un peu rapprochées" avaient été mises en place pour le surveiller. "On n'a pas estimé devoir prendre des mesures supplémentaires", a-t-il ajouté.

Réagissant à l'annonce du suicide - le cinquantième de l'année dans une prison, selon la ministre de la Justice Rachida Dati s'exprimant au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, le 58e selon une association -, le président départemental de l'UMP, Daniel Mach, a regretté "les détentions qui se prolongent".

"On ne met pas les gens en détention pour les pousser à bout", a déclaré le procureur de la République, interrogé sur les demandes de libération présentées par M. Bouille. "On craignait notamment (...) que s'il était remis en liberté il ne cherche à influencer les participants à cette affaire, les témoins, les victimes", a-t-il expliqué.

Martine Aubry (PS) a exprimé lors de "Dimanche soir Politique" (France Inter, i-Télévision, Le Monde) "une immense compassion", comme pour "tout suicide en prison", mettant en cause "les conditions dans les prisons aujourd'hui en France".

Parmi les dix autres personnes poursuivies, dont deux ont été placées en détention, figure l'épouse du maire, Marie-Antoinette Bouille, mise en examen avec un ajoint au maire, Marc Blasco, pour "complicité et recel" des délits pour lesquels Jacques Bouille était poursuivi. Le directeur général des services de la mairie et directeur de l'office de tourisme, Francis Montor, a également été mis en examen pour détournement de biens publics, complicité de corruption et prise illégale d'intérêts et placé en détention début avril. Le Préfet des Pyrénées-Orientales avait récemment demandé à M. Bouille, qui n'avait pas démissionné, et aux adjoints impliqués, de s'expliquer par écrit dans un délai d'un mois en vue d'une supension ou d'une révocation de leur mandat.




Source : France3
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 14:25 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE FORUM DES AMIS Index du Forum -> INFORMATIONS GENERALES -> ACTUALITES -> En France Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com